samedi, 09 août 2014

Le bourgeon.

Longtemps, j'ai été un adolescent boutonneux. J'entends par longtemps, qu'au-delà de la vingtaine, l'acné ponctuait encore mon visage de sa disgrâce.

Aujourd'hui, je suis un quadragénaire barbu. Non pour dissimuler d'invincibles boutons, mais par camouflage en résultat d'une asymétrie accidentelle.

Je crois que ce pelage sera désormais ma marque de fabrique.

Quand d'aucuns s'accordent à dire que le temps ne semble avoir d'emprise sur moi, j'ajoute que j'ai conservé le tour de taille de mes seize ans, en soulignant, railleur, que tout n'a plus cet âge.

Quelques kilos en plus ne seraient superflus, afin d'imposer une silhouette moins chétive. Mais mon métabolisme, à coup de stress, s'emploie encore à déstocker une graisse qui s'invite à la maturité.

Je suppose, que le poids des années aidant, le mien le rattrapera...

 

En attendant, si mon existence a navigué sur des mers tout à tour d'huile et de pétrole - et perpétue cet héritage - ce fut et c'est toujours sur le même bateau. Je reste cet adolescent boutonneux en proie aux troubles de cette transition ingrate : l'instabilité, tous secteurs confondus, est mon apanage.

16:10 Écrit par SOUS X dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adolescence, acné, mer

samedi, 12 mai 2007

Journal. Mes triangles des Bermudes...

Une épée au dessus de la tête, qui tournoie.
Les veines tranchées, le sang qui abonde sous la manche comprimée dans la paume pour tromper l'ennemi. Sourire encore pour parfaire le sinistre.
Vigilance, maître mot. La prudence n'écarte rien elle contourne seulement l'obstacle.
Je deviens paresseux de l'esprit, je relâche l'attention. Attention. Attention. Attention mon petit la moindre parcelle d'ombre te sera fatale !

Une lame de fond me transporte vers un rivage hérissé de murs en béton armé.
Après le fracas, on sucera les lambeaux de moelle qui pendront encore de mes os émiettés.
Une vague déferlante, un courant contraire, une chaloupe, une épave pour me sauver ?
Depuis toujours, mon destin de damné dérive en des triangles maudits. Désormais, saturé, il m'est intolérable qu'il puisse chavirer sous l'impulsion de l'une ou l'autre force maléfique.
On ne m'aime pas.
Sans doute me déteste-t'on parfois.
Je puis m'en accomoder.
Mais qu'on me veuille du mal...

02:17 Écrit par SOUS X dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : triangle maudit, mer, malefice