mardi, 08 avril 2014

Et Onan se prit pour Narcisse.

REF : ONAN, SI JE T’ÉCRIS. - 07.03.2011

 

Un rituel : organisation de notre temps libre et de notre temps imparti.

Effleurement de lèvres comme un signe de courtoisie pour nous saluer.Un ou deux café(s), discussion sans grand intérêt sur nos cafouillis sentimentaux respectifs, puis une main prend celle de l’autre, puis un baiser langoureux en rend un autre, puis la chute d’un vêtement incite la chute d’un autre… puis l’abandon mesuré par timidité, ( culpabilité ?), où l’expérience de l’un cherche l’écho de l’autre, où le désir de l’un soulève l’autre, où l’épanchement spontané de l’un désappointe l’autre.

Rituel inversé : rhabillement, quelques mots encore - mise au point sur le meilleur moyen de ne pas se faire pincer -  un baiser… à la prochaine.

Flash-back :

J'ai vu l'amour. Il était là, à portée de main. Je n'avais pas le droit d'y toucher, il ne m'était pas réservé.

J’ai été abusé. Non guère par une démonstration trop évidente mais par un état d’esprit.

Une maison de pain d'épices érigée au milieu d'une obscure forêt sur le chemin de perdition d'Hansel et Gretel... une maison sans sorcière, pourtant.

Une maison qui vacillait sur ses fondations, j’allais être la sorcière, malgré moi, qui investirait les lieux.

Deux êtres que tout sépare, ont regardé de l'autre côté du miroir, se sont reconnus, l'un est le reflet de l'autre et vice et versa.

Je n’étais pas du bon coté du miroir. Le seul reflet crédible était celui que je daignais regarder, à tort, sous réserve. Je n’y ai vu que du feu, mais pas celui qui couvait.

C'est beau et terrible à la fois, leur image me renvoie à la mienne, à mon désastre.

Une image tronquée, mon désastre était un astre en pleine révolution, une sphère dont l’attraction engloutit le réel comme l’illusion…

Je m’en lasserai sans doute, comme du reste. Seule m’importe la tournure des faits, point leur finalité. 

J’ignore ce qui m’attise le plus dans cette situation usurpatoire ? Son parfum sulfureux, sa connotation outrageuse ?  Ou l’impérieux sentiment qu’elle génère : révélée au grand jour, elle aurait l’effet d’une bombe !

 

19:26 Écrit par SOUS X dans Les dérives d'Onan. | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.