jeudi, 23 décembre 2010

Les étoiles au sol.

La claque,

Suis contre lui et tangue

Et là s'agenouiller et puis s'éprendre...

Après l'amour, je m'abandonne une seconde fois, seul cette fois au fond de moi.

Quand la nuit décroit, que l'on glisse d'entre mes bras, pour retrouver sa vie.

Je m'endors difficilement, la mort dans l'âme, j'implore les cieux au lieu de compter les moutons.

Au lendemain il n'y parait plus rien, le cours du ruisseau gelé, filtre sous la glace, ni chaud, ni froid, indemne, par volonté ou ténacité, meurtri mais aguerri.

Les heures s'égrainent sans pensées, rien que du vent.

Implacable destinée vouée au au caprice du large, mais les bateaux reviennent toujours au port, à moins d'une tempête, que de toute façon je ne pourrais gérer.

- Et toi comment vas-tu ? Je te trouve bien.

Oui, je brille de tous mes feux, mdr... De Bengale ? Non ceux d'un braséro au fond d'un tunnel pour quelque clochard frigorifié.

Pareil à cette neige scintillante qui s'amoncelle sous mes pas : c'est plein d'étoiles ! J'en suis une parmi des milliers d'autres ; je me piétine moi même.

Je poursuis, parce que je n'ai pas le choix.

Je marche, trébuche, tombe, me relève inlassablement...

Je marche, trébuche, tombe... crêve en latence.

etoile.jpg

 

22:12 Écrit par SOUS X dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : solitude, s'éprendre, routine

Commentaires

Un très beau réveillon et un Joyeux Noël :-)

Écrit par : Loulou | samedi, 25 décembre 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.