mercredi, 24 novembre 2010

Anémique animal.

De jeux sensuels échaffaudés sciemment en déroute illusoire, j'accroche, raccroche, m'accroche, décroche...

Merci, au revoir, à bientôt... pas d'inconvénient.

Mais...

A deux, je pique.

Je pars sur un tard.

Je pars sans demander mon reste, sinon avec le dernier mot, avec le dernier geste ; celui de la nique.

- Tu piques, tu pourrais partir plus tôt, mais tu piques, tu fais payer le mal qu'on te fait.

  Tu tiens du chat : le chat joue, il joue avec sa proie jusqu'à sa dernière ressource puis il la laisse agonisante.

Félin de nuit, carencé, au nom de la liberté mal à propos.

Mais si la nuit tous les chats sont gris, leur chagrin varie, l'énergie commune du désespoir est différente pour chacun... même si c'est à coeur perdu, finalement, qu'on se dévore.

chat-gerbille-coraline.jpg

02:03 Écrit par SOUS X dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chat, félin, désespoir, coeur perdu

Les commentaires sont fermés.