dimanche, 14 février 2010

Et tournoie...

De ma vie à ma mort en passant par mon purgatoire, les faits, les évènements se répètent inlassablement. Je coiffe le ridicule au poteau pour m'enfoncer plus encore dans le grotesque, involontairement, fatalité oblige.
Je ne bats plus, inutile, sinon contre moi même, parfois contre mon propre corps qui tempête. C'est difficile, tuant ; mais comment me tuer davantage ?
Il me reste des limbes de conscience, d'intelligence et de savoir, autant de déchets qu'on ne peut recycler. Ils rouillent comme la carcasse d'une voiture au fond d'un fossé dont la vue récurrente, paradoxalement génère l'oubli.
Je serai mon propre souvenir, ma propre hantise, à défaut d'être un pion dans une quelconque mémoire...

 

18:51 Écrit par SOUS X dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.