samedi, 06 février 2010

L'apologue parallèle.

Ronger son frein. Je suis le frein, je suis rongé.
Câble tendu à l'extrême sur le point de me rompre. Retour à l'antidote, pilule magique.
Percussion : Quel est ton but en écrivant tout ça ?
- ...
- C'est réellement ce que tu penses ? C'est le vrai fond de ta pensée ?
- Je ne sais pas. Je ne me pose pas la question. Il y a si longtemps que je ne suis plus moi, ( l'ai-je seulement été ? ), que je ne discerne même plus moi même, le vrai du faux.

Acteur de mes divagations ou protagoniste de la véridicité ?
Schizophrène en deçà du réel qui ne se voile pas la face mais qui la per
d.

14:32 Écrit par SOUS X dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.