dimanche, 17 septembre 2006

Journal. Les états d'âme du bonobo

Journée shopping avec une amie.

Boutiques de luxe.

Je devrais presque l'écrire au singulier car là ou je vis, on n'a pas l'embarras du choix.

Face à ma réticence à acheter un pull, mon amie déclare : " A quoi ça te sert de mettre de l'argent de côté si ce n'est pas pour l'utiliser . Si tu meurs demain, tu n'en auras même pas profité."

- Pas plus du pull.

- Si, on pourra t'enterrer avec.

- Ils seront stylés les vers pour oser bouffer du Kenzo.

 

Un peu plus tard, dans une librairie, nous passons devant un livre illustré par la photo d'un bonobo.

Mon amie commente : "On dit que l'homme descend du singe, moi je dis que mon compagnon descend du bonobo." ( NB : Ils sont séparés... de corps)

- Pourquoi ?

- Parce que les bonobos gèrent leurs conflits sociaux par le sexe.

- C'est une autre façon de vivre.

- Toi et moi on vit sans...

- C'est parce que chez nous, c'est le sexe qui génèrent les conflits.

 

Soirée télé, à brasser nos amours déchues, nos amis éparpillés, nos emmerdes omniprésents.

Au retour, je me dis que finalement on est tous quelque part des bonobos ; on finit toujours par trouver un terrain d'entente sous la couette. L'armistice se signe sur les draps.

Cependant en ce qui me concerne, ma rancoeur à souvent raison des élans du cul. Ma rancune de ceux du coeur.

Je n'ai de paix intérieur.

Mon oreiller n'étouffe aucune guerre.

 

 

04:03 Écrit par SOUS X dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

C'est presque impossible de trouver instruits personnes sur cette sujet , cependant, vous sembler vous savez ce que vous parlez! Merci

Écrit par : Dalton | mercredi, 10 juillet 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.